Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2020 6 18 /04 /avril /2020 22:37


     Christ est ressuscité, et nous ressuscitons avec Lui. L’autre miracle de cette sainte nuit est celui qui nous est offert personnellement, à nous les miraculés, à nous qui sommes ressuscités avec le Christ, à nous qui avons désormais accès à la vie éternelle, à nous qui sommes recrées en Christ, à nous qui sommes désormais une création nouvelle.
     Effectivement, lorsque nous parlons de la Résurrection du Christ, de même que de tous les événements de sa vie, nous parlons d’un mystère qui s’est réalisé pour nous et en nous, (et non pas à la place de nous), pour notre salut dans la personne du Christ. Et la personne du Christ illimitée rassemble en elle l’humanité tout entière.

     C’est pourquoi, lorsque le Christ chargé de nos péchés a été crucifié, saint Paul a pu dire qu’en Christ, nous avons été crucifiés avec Lui, lorsqu’ Il est mort, nous sommes tous morts avec Lui et lorsqu’Il est ressuscité, nous avons tous ressuscité avec Lui. Et le Christ lui-même de nous dire de façon on ne peut plus concise dans l’évangile de Jean : « Vous êtes en Moi et Moi en vous » Tout cela parce qu’en Christ, sa divinité est unie à son humanité, à notre humanité et qu’ainsi en Lui-même, Il a rassemblé l’humanité tout entière. Cela concerne bien évidemment sa passion, sa mort sur la Croix et sa résurrection.

     Mais la mort, la souffrance étaient la conséquence de notre péché, et ne convenaient nullement au Fils de Dieu. Alors, par son abaissement ineffable, son abnégation extrême, inexprimable, de cette mort qui pesait sur nous, le Christ nous a affranchis. S. Paul dans son épître aux Ephésiens nous le confirme admirablement : « Dieu qui est riche en miséricorde à cause du grand amour dont Il nous a aimés, alors que nous étions morts à la suite de nos fautes, nous a fait revivre avec le Christ. C’est par grâce que vous êtes sauvés avec Lui. Il nous a ressuscités et faits asseoir aux cieux dans le Christ Jésus. »
     Ainsi, nous avons été transférés d’une nature qui était morte en Adam et à sa suite en une nature vivante éternellement en Christ. Tel est l’objet de notre foi, qui se fonde sur cet aphorisme du Christ : « Je suis la vie et la résurrection celui qui croit en moi vivra et ne mourra pas ».
     C’est un don gratuitement accordé. Car c’est bien par la grâce que vous êtes sauvés, moyennant la foi dit encore s. Paul.
     

     Le Christ, par sa mort sur la croix, bien que sans péché, est la dernière victime de la loi de rétribution (qui consiste à dire : si tu es malade, si tu souffres, si tu meurs, c’est parce que tu as péché). Déjà Job, le juste, préfigurant le Christ, avec qui nous avons cheminé pendant ce carême et cette Semaine Sainte avait déjà démontré combien cette loi était vaine. Ceci pour situer ce grand mystère de la Résurrection dans notre contexte actuel qui est celui de la pandémie du covid-19. On entend hélas trop souvent cette formulation tout à fait hérétique qui consiste à dire que Dieu nous frappe de cette épidémie en punition de nos péchés. Comme si Dieu était l’auteur du mal et des maux ! Non ceux-ci sont uniquement l’oeuvre des démons et de l’adhésion volontaire de l’homme à ceux-ci par un mauvais usage de son libre arbitre. Le prince de ce monde ayant supplanté l’homme roi de la création. Cette épidémie est à considérer comme la conséquence de nos péchés et de notre mode de vie, mais certainement pas comme un châtiment divin. Bien sûr, le mal étant là et fait, Dieu peut l’utiliser pour nous amener au repentir. Que ce soit la leçon de cette épidémie ! Mais la justice divine sera toujours celle-ci : Dieu a tant aimé le monde qu’il lui a donné son Fils unique pour être cloué sur la Croix. Et si le Christ est mort pour nous, c’est, je le répète, pour vaincre la mort et nous accorder la capacité de ressusciter avec lui pour la vie éternelle. Sa passion et son agonie sur la Croix, et sa résurrection (réalisées, je le répète pour nous et en nous et non pas à notre place) abolissent définitivement le pouvoir de la souffrance et de la mort. Il nous a donné, si nous nous unissons à lui et recevons sa grâce de ne plus craindre la maladie et la souffrance et de nous améliorer spirituellement à travers elles. De ne plus craindre la mort et de mettre notre espérance dans la vie éternelle.

     Alors, nous pourrons nous exclamer avec saint Paul : Ô mort où est ta victoire, Ô mort où est ton aiguillon ?
     Au Christ ressuscité, qui par la mort a vaincu la mort et qui nous offre en cette sainte grande et sainte nuit la résurrection et la vie éternelle, soient honneur et gloire pour les siècles des siècles. Amen

 

Partager cet article

Repost0

commentaires